L’exercice « pluripro », voie d’avenir heureuse pour les libéraux ?

Les 9 et 10 mars se tenait à Nantes le congrès de la Fédération française des maisons et pôles de santé (FFMPS). L’occasion pour les professionnels de santé libéraux de partager leur vision sur les modes d’exercice coordonné.

En 2017, la France comptait plus d’un millier de maisons de santé. Près de 340 seraient actuellement en projet. Ces structures devraient voir leur nombre multiplier par deux d’ici 2022. Promesse de campagne présidentielle oblige. En attendant, les principaux concernés – les professionnels de santé – s’interrogent. Pourquoi l’exercice pluri-professionnel ? Est-ce une suite logique et inévitable à l’organisation du système de santé ? C’est en substance l’une des problématiques livrées à l’appréciation des congressistes des septièmes journées de la FFMPS.

A qui appartient le leadership ?

A chaque professionnel de santé, sa vision de l’exercice coordonné. Parmi les points de vue échangés, l’exercice pluriprofessionnel apparaît, entre autres choses, comme un moyen de sortir de sa zone de confort, de s’interroger sur les valeurs qui régissent l’exercice en « pluripro », de connaître son territoire, globaliser la prise en charge, etc.

Pour un certain nombre de praticiens, se pose la question du leadership. « Qui pour impulser, porter puis maintenir ce type d’organisation ? Cette tâche doit-elle être celle d’un groupe ? D’une seule personne ? Celui qui crée est-il celui qui maintient l’organisation ? »

Se connaître les uns, les autres

D’autres y voient une formidable opportunité de mieux connaître le champ d’action des autres professionnels de santé, de « décloisonner les métiers ». « Un praticien sera moins irrité par un confrère qui empièterait un peu sur son champ d’action s’il connaît son périmètre », a relevé un médecin généraliste évoquant toute l’importance de mettre en place des chartes de fonctionnement et d’éthique au sein de structure pluriprofessionnelle.

« Partir du terrain »

Sur le caractère inéluctable des modes d’exercice coordonné, les avis et les envies paraissent plus nuancés. « Allons-y mais pas à n’importe quelle condition », répondent certains estimant notamment qu’il faut un solide accompagnement et envisager diverses modalités d’exercice pluriprofessionnel pour que celui-ci puisse évoluer librement dans le temps. Beaucoup veulent encore observer ce qui se fait « ailleurs » sur les territoires qui accueillent déjà ce type d’organisation.

Exercice pluriprofessionnel : des portes d’entrées multiples

Pour Béatrice Allard-Coualan, présidente de l’Essort (branche bretonne de la FFMPS), « la question de l’évolution inéluctable vers l’exercice pluriprofessionnel est dépassée. Nous y sommes déjà. Notre système de santé n’a plus les moyens de rester tel qu’il est. » Et la généraliste bretonne de conclure : « Pour que cet exercice pluriprofessionnel fonctionne, il faut partir du territoire, de sa population, des pathologies, des ressources présentes, etc. Et s’organiser à partir de cela. Les portes d’entrée pour aller vers le pluripro sont multiples. ».

autres articles :

  1. ACI : Des moyens pérennes et en augmentation pour les Maisons de santé pluriprofessionnelles et les pôles de santé
  2. Les enjeux des négociations sur l’Accord cadre interprofessionnel
  3. Hausse de 96,7% du soutien financier pour les Maisons de santé pluri-professionnelles (MSP)
  4. Quel financement pour l’exercice pluri-professionnel ?