RGPD - Protection des données : les règles qui s’appliquent aux professionnels libéraux

Depuis le 25 mai 2018, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est entré en vigueur. Cette nouvelle réglementation européenne en matière de protection des données personnelles s’applique également aux professionnels de santé libéraux.

RGPD : ce qu’il faut retenir pour votre mise en conformité

Le législateur européen a souhaité renforcer et uniformiser la réglementation des États membres relative à la protection des données à caractère personnel en responsabilisant les responsables de traitement et les sous-traitants. Dans le cadre de la loi Informatique et Libertés, un système de formalités préalables devait être réalisé auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), l’autorité de contrôle. Avec l’entrée en application du RGPD, c’est le principe « d’accountability » qui s’applique.

Principe d’« accountability »

Le principe « d’accountability » c'est le principe de « responsabilité ». Le responsable de traitement est tenu de garantir la sécurité des données personnelles en mettant en œuvre des mesures techniques et organisationnelles permettant de démontrer et de justifier, en cas de contrôle de la CNIL, que le traitement est réalisé conformément aux règles de protection des données définies par le RGPD.

L’objectif derrière ce système d’autorégulation est de responsabiliser les acteurs et de renforcer le droit des personnes. Le secteur de la santé est directement concerné par ce texte car les données de santé, considérées comme des données sensibles, bénéficient d’un régime de protection renforcé.  

Quelques recommandations pour vos pratiques en matière de sécurité et confidentialité des données de vos patients :

Les professionnels de santé libéraux, qui doivent veiller à ce renforcement de la protection des données, ont l’obligation de sécuriser celles de leurs patients qu’elles soient traitées de manière informatique ou papier :

  • verrouillage de l’ordinateur de travail et mot de passe,
  • armoire qui ferme à clé pour les dossiers papiers,
  • envoi d’informations médicales exclusivement par messagerie cryptée et sécurisée.

Comment informer vos patients dans le cadre de l’application du RGPD :

  • Vous pouvez positionner une affiche dans votre salle d’attente leurs précisant notamment les traitements réalisés, leurs droits…

 

Actuellement, la CNIL collabore avec le CNOM (Conseil National de l’Ordre des Médecins) pour l’écriture d’un guide dans le but d’accompagner les médecins dans leur travail de mise en conformité avec le règlement européen. Son édition est prévue pour fin juin 2018.

https://www.cnil.fr/fr/rgpd-bientot-un-guide-pour-les-medecins-elabore-par-le-cnom-et-la-cnil

Quelques définitions :

Une donnée à caractère personnel est une information permettant d’identifier directement ou indirectement une personne. Il s’agit d’une donnée de santé lorsqu’elle révèle des informations sur l’état de santé de la personne.

Le traitement concerne toute opération appliquée à des données à caractère personnel (collecte, enregistrement, conservation, utilisation, communication, etc.).

Le responsable de traitement = RT est la personne physique ou morale ou toute structure privée ou publique qui détermine les finalités et les moyens du traitement des données.

autres articles :

  1. Organisations innovantes dans les territoires : les acteurs de terrain devraient avoir les mains plus libres
  2. HAD : un nouvel outil pour décider de l’éligibilité du patient
  3. Les recettes de l'Assurance maladie pour les maîtrises des dépenses en 2018
  4. Infirmiers libéraux : un nouvel avenant signé en attendant d’autres négociations en 2018
  5. La télémédecine enfin en mode "routine" pour les médecins ?
  6. Télémédecine : la négociation conventionnelle sur les tarifs vient de débuter
  7. appli carte Vitale : SEPHIRA 1er éditeur à obtenir la conformité logicielle avec Intellio
  8. Vaccination : pour une extension du rôle des infirmiers
  9. Télémédecine : vers les premières facturations en septembre
  10. La France en retard sur l’automédication responsable